article image

Les Écoles eTwinning s’engagent dans le partage du leadership

Comment les écoles eTwinning pratiquent-elles le partage du leadership ? Il n’y a pas de recette miracle, car les réalités, les structures, les dirigeants et les enseignants diffèrent d’une école à l’autre.

Le partage du leadership vise à créer des conditions propices dans les écoles pour que les enseignants (et les élèves), y compris les personnes qui n’ont pas de rôle formel, fournissent et partagent leur expertise. Il est pour cela indispensable de bien comprendre l’école et le contexte local, mais aussi de proposer des opportunités concrètes afin de susciter des interactions riches au sein de la communauté scolaire.

Pour que le partage du leadership soit profitable à une école, il faut surtout une vision claire de la mission de l’école concernant l’environnement de l’ensemble de l’école. Cette mission doit être suivie, dans la mesure du possible, par tous les membres de la communauté scolaire et elle doit aussi être partagée.

Pour l’implémentation quotidienne de la vision et de la mission de l’école, il convient d’inspirer et de motiver tous les membres de la communauté scolaire, et d’avoir des leaders, y compris dans le personnel enseignant formel et non formel. Le développement de la capacité collective à apporter des résultats conformes à la vision et à la mission de l’école est particulièrement intéressant dans ce cas.

Une question subsiste : comment faire ? On peut examiner et combiner les témoignages liés au contexte de l’école avec les méthodes de collaboration des enseignants. En associant ces témoignages à une collaboration concrète et structurée entre les enseignants, la réussite est souvent au rendez-vous.

Qui sont les élèves ? Dans quel environnement évoluent-ils (famille, communauté locale) ? Quels sont leurs besoins, leurs points forts, leurs difficultés et leurs opportunités ? Quelles pratiques d’enseignement et d’apprentissage seraient les mieux adaptées ? Que savons-nous de l’impact de ces options pédagogiques ? Comment tester ces options et cerner leur impact dans l’école concernée ? La première étape consiste à collecter et passer en revue ces questions. Les informations doivent provenir de plusieurs enseignants, car cela représente une grande responsabilité et beaucoup de travail pour un seul enseignant ou dirigeant. Cela permet aussi d’intégrer différentes expertises pour qu’un plus grand nombre de personnes puissent analyser et interpréter les données, mais aussi partager leurs idées. Des réunions bien organisées et l’existence d’opportunités facilitent le consensus vis-à-vis des actions proposées.

Le partage du leadership devrait se concentrer sur la collaboration et les interactions, et non sur les actions seules. Les interactions ont pour but de révéler, soutenir et encourager le leadership auprès de tous les acteurs de l’école. Il existe différents moyens d’aider les enseignants à développer leurs compétences et leur capacité à collaborer, comme les groupes de travail temporaires, les équipes thématiques ou les groupes de projet. L’attention devrait porter sur le travail interdépendant, par exemple une collaboration bien préparée, organisée, ciblée et efficace, afin que tout le monde puisse agir de façon optimale.

Patricia Wastiau, Conseillère principale pour la Recherche et les Études chez European Schoolnet


Exemples de bonnes pratiques dans les écoles eTwinning :

Les pratiques ci-dessous sont données à titre indicatif et n’obligent en rien les écoles à suivre un modèle spécifique. Cependant, elles sont sources d’inspiration et méritent que l’on s’y intéresse.

La Direzione Didattica Ottavo Circolo, un groupe scolaire rassemblant une école maternelle et deux écoles primaires à Piacenza (Italie), répond aux besoins d’élèves issus de milieux très différents. Avec pour objectif l’inclusion et le soutien des élèves ayant des besoins différents en termes d’apprentissage, l’équipe dirigeante, y compris le chef d’établissement, son adjoint et des représentants du personnel, ont mis en place un processus de collecte de données et d’utilisation des témoignages pour identifier les besoins des élèves, les actions réalisables et les mesures à prendre pour optimiser le développement professionnel des enseignants et du personnel.

Ce processus de prise de décision est décentralisé et permet concrètement aux enseignants d’apporter leur contribution, d’exercer une influence et de définir les objectifs de l’école par le biais de méthodes bien organisées. Ces méthodes incluent un processus clair instauré par la direction de l’établissement et dans lequel le personnel s’implique complètement, au travers de l’étude, l’analyse et la cartographie des pratiques de l’école. L’école rassemble des témoignages et organise des consultations pour convenir des priorités pédagogiques de l’école, qui bénéficie également de fonds spéciaux alloués par la région.

L’équipe dirigeante et le reste du personnel sont répartis en groupes de travail thématiques (discipline, tranche d’âge, besoins spéciaux, etc.). Chaque groupe de travail mène ses propres recherches afin d’analyser les meilleures pratiques pour accomplir la mission et la vision de l’école, mais aussi étudier les activités les plus efficaces et leur pertinence par rapport à la vision de l’école.

Cette analyse se fait en plusieurs étapes :

  • Chaque groupe de travail examine les documents pertinents, les résultats et les besoins des élèves, ainsi que les activités et les formations mises en place pour aborder des sujets spécifiques.
  • Chaque groupe de travail répertorie les priorités de l’école et détermine les actions et les activités adaptées à une approche centrée sur l’élève.
  • Enfin, chaque groupe de travail dresse une liste de priorités pour l’école en fonction des données collectées.

L’équipe dirigeante collecte les résultats de tous les groupes de travail et propose un plan de travail. Cette proposition est ensuite communiquée aux groupes de travail (par exemple, enseignants et personnel éducatif) afin que tout le monde puisse en prendre connaissance et en discuter. Les enseignants échangent sur les tâches et les actions dans les différents domaines afin d’aménager le plan en fonction de leurs informations et de leurs réactions. Tout au long de l’année, les enseignants s’impliquent dans des comités pour promouvoir et mettre en place le plan de travail convenu après approbation et implémentation par l’ensemble du personnel scolaire.

Au Lycée des Métiers Louis Blériot, lycée professionnel situé à Trappes (France), le personnel scolaire et l’équipe dirigeante travaillent main dans la main pour booster la réussite scolaire des élèves et éviter le décrochage scolaire. L’école développe un plan d’action invitant les enseignants à prendre les devants. Selon leurs compétences techniques et leurs centres d’intérêt, les enseignants ont la possibilité de diriger une partie du plan d’action afin d’atteindre les objectifs de l’école.

En ce qui concerne l’organisation et les structures étayant le partage du leadership, à l’instar de Ottavo Circolo, le Lycée des Métiers Louis Blériot a créé des comités et des conseils de direction. Le personnel enseignant joue un rôle actif dans les comités pédagogiques et les prises de décisions. Les différents comités constituent le conseil de direction de l’école, dans lequel les chefs d’établissement formels participent au processus de prise de décision. Les comités ne sont pas fixes : ils sont établis conformément aux suggestions des enseignants et aux besoins du programme. Les enseignants peuvent proposer des candidats et des sujets qui seront abordés au sein du comité. Les enseignants et le personnel scolaire sont invités à rejoindre les comités pour apporter leur expertise et leurs connaissances. Chaque comité propose un plan d’action ou plusieurs activités, qui sont ensuite examinés par le chef d’établissement et l’équipe dirigeante. Si la directrice de l’établissement endosse la responsabilité légale du processus de prise de décision et le leadership de l’école, il est clair qu’elle fait totalement confiance au personnel enseignant et encourage la discussion et la participation dans les comités et les projets, qui à leur tour amènent les enseignants de tous niveaux à partager leurs compétences et les connaissances dans l’optique de faciliter l’apprentissage des élèves.