article image

Nouveau groupe dans la communauté sur l'intégration des élèves migrants à l'école

Comment mener à bien l’intégration des jeunes réfugiés et migrants à l’école ? À quelles difficultés spécifiques la communauté scolaire doit-elle faire face et comment peut-elle les surmonter ? Quels concepts pédagogiques et ressources d’enseignement ont fait leurs preuves et peuvent servir d’exemples à d’autres écoles ? Sur eTwinning Live, le nouveau Groupe à la une nommé « Integrating Migrant students at School » (Intégration des élèves migrants à l'école) est avant tout un lieu d’aide mutuelle où chefs d’établissement et enseignants peuvent partager leurs expériences et leurs ressources.

Nous avons eu la chance de rencontrer la modératrice du groupe, Carol Barriuso, et nous lui avons posé quelques questions. Voilà ce qu’elle nous a répondu :

1. En quoi le Groupe à la une « Integrating Migrant Students at School » peut-il aider les enseignants qui ont des jeunes réfugiés et/ou migrants parmi leurs élèves ?

D’une part, ce nouveau Groupe à la une offre un lieu idéal pour partager des ressources utiles et des témoignages, dans l’optique d’apprendre les uns des autres et d’évoluer ensemble. Et c’est une source d’inspiration pour les enseignants qui souhaitent faciliter l’intégration de nouveaux migrants dans les écoles et obtenir des informations sur des ressources et des outils adaptés.

D'autre part, le groupe souhaite mettre l’accent sur le recours à l’apprentissage socioémotionnel pour un apprentissage sécurisé et positif, et une meilleure réussite des élèves au niveau scolaire, professionnel et social. Je suis convaincue qu’au travers de ce groupe, nous pouvons apporter de nouvelles idées et ressources, et les partager avec le reste de la communauté.

2. Quelles sont les difficultés auxquelles les enseignants ou l’école doivent généralement faire face concernant l’intégration des élèves migrants ou réfugiés, et en quoi votre groupe peut-il aider à surmonter ces difficultés ?

Cette question est loin d’être simple. On peut penser, à raison, que les problèmes les plus courants sont la langue et les différences culturelles. Mais des études internationales sur les enfants et les jeunes exilés indiquent un nombre élevé de difficultés émotionnelles et comportementales, principalement dues à un état de stress post-traumatique (ESPT), des problèmes de sommeil, l’anxiété et la dépression. Beaucoup d’entre eux ont vécu des expériences où leur vie était en danger ou ont subi des violences physiques avant et pendant leur exil, et ils souffrent également de l’absence de leurs proches. La situation des nouveaux migrants peut être délicate et nous ne devons pas oublier leur passé dans le cadre de leur intégration à l’école. Or, l’éducation n’est pas seulement une question d’apprentissage. Elle inclut l’arrivée et l’accueil de ces enfants, et leur offre un environnement sécurisé où ils pourront se développer en tant qu’individus.

À mon avis, ce groupe peut constituer une source incroyable de ressources et d’expériences utiles, qui peuvent être diffusées auprès de l’ensemble de la communauté afin de simplifier le quotidien. La promotion de l’apprentissage socioémotionnel dans les écoles ne concerne pas uniquement cette catégorie d’élèves, mais tous les élèves.

3. Selon vous, quel est le rôle des médias numériques dans l’intégration des jeunes réfugiés et migrants à l’école, et quel est le rapport avec votre groupe ?

Les médias numériques jouent un rôle crucial dans l’éducation et l’implication des jeunes qui ne sont pas réfugiés dans les thématiques sociales et politiques sérieuses. Par exemple, des jeux vidéo disponibles en ligne reconstituent des aspects spécifiques de la vie d’un réfugié ou de la vie en zone de conflit. On peut citer Envers et contre tout, jeu en ligne développé par l’Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, qui vous permet d’expérimenter la condition d’un réfugié. D’autres médias numériques sont eux aussi très populaires. C’est le cas des vidéos numériques de témoignages individuels de nouveaux migrants, comme le dessin animé de la BBC intitulé « Seeking Refuge », qui présente de manière unique des jeunes ayant trouvé refuge au Royaume-Uni, ou encore la bande dessinée de la Croix-Rouge britannique, intitulée « Over Under Sideways Down ».

Il est possible d'utiliser de courtes animations pour lancer des conversations d’envergure sur les réfugiés et la vie des réfugiés. De courtes vidéos en direct peuvent également aider à humaniser l’expérience de l’exil et expliquer comment un jeune comprend et perçoit l’image des réfugiés.

Les médias numériques peuvent aussi servir à raconter les histoires de nouveaux migrants dans les écoles. Il est important de sensibiliser les élèves à la vie des réfugiés (même s'il n’y en a aucun dans votre établissement scolaire), et de leur permettre de comprendre leurs nouveaux camarades.

Avec ce groupe, vous pouvez trouver des ressources et en partager d’autres afin de soutenir l’intégration des jeunes réfugiés à l’école. Des activités faisant la part belle aux médias numériques seront régulièrement proposées.